8 comments

La vieillesse: de loin on la prend pour une institution: mais ce sont des gens jeunes qui soudain se trouvent être vieux. Un jour je me suis dit:  » j’ai quarante ans! » Quand je me suis réveillée de cet étonnement, j’en avais cinquante. La stupeur qui me saisit alors ne s’est pas dissipée. Je n’arrive pas à y croire…

… Pour m’en convaincre, je n’ai qu’à me planter devant la glace. A quarante ans, un jour j’ai pensé: « au fond du miroir la vieillesse guette; et c’est fatal, elle m’aura. » Elle m’a. Souvent je m’arrête, éberluée sur cette chose incroyable qui me sert de visage. Je comprends la Castiglione qui avait brisé tous les miroirs…

…Tant que j’ai pu regarder ma figure sans déplaisir, je l’oubliais, elle allait de soi. Rien ne va plus. Je déteste mon image: au dessus-des yeux, la casquette, les poches en dessous, la face trop pleine, et cet air de tristesse autour de la bouche que donnent les rides. Peut-être les gens qui me croisent voient-ils simplement une quinquagénaire qui n’est ni bien, ni mal, elle a l’âge qu’elle a. Mais moi je vois mon ancienne tête où une vérole s’est mise dont je ne guérirai pas.

Simone de Beauvoir (La force des choses II)

j’ai retrouvé ce livre par hasard en rangeant ma bibliothèque, les pages sont jaunies par le temps, il est usé,  j’ai eu envie de le rouvrir de le relire un peu… la page de couverture annonçait les dernières pages la conclusion sur ce temps qui passe inexorablement et change notre image…Je l’avais lu, comme la Force de l’âge, à une époque lointaine ou j’étais plus jeune… Là la cinquantaine passée, je comprends mieux les phrases de l’auteur… ses écrits résonnent en moi comme un écho, car je temps a passé si vite, hier j’avais quarante ans et, le temps de réaliser moi aussi : j’en ai eu cinquante, aujourd’hui un peu plus. Je me sens cette « Castiglione qui brise les miroirs », je ne supporte plus mon corps encore à peu près mon visage mais pour combien de temps, moi qui ne déchirait jamais une phot je  me surprends à effacer d’un geste (avec le numérique c’est facile!) l’image qui ne me convient pas, celle ou je suis trop grosse, trop moche, celle que je suis devenue avec le temps. Je ne peux m’effacer moi mais je peux éliminer les traces de ce que je suis devenue… Moi qui adorait les miroirs, je m’aperçoit que je les ai fait disparaître du décor de ma vie, et c’est bien ainsi, le reflet de mon corps ne m’apparait plus que furtivement … Comme Simone de Beauvoir moi je la vois cette ancienne personne et ce qu’elle est devenue, et si le regard des autres est encore indulgent, le mien est impitoyable et je sais que je ne guérirais pas alors je dois l’apprivoiser cette nouvelle personne, non point l’aimer mais la tolérer car nous allons encore faire un bout de chemin ensemble…

Et vous le temps qui passe inexorablement,  laissant des traces indélébiles sur votre corps ?

Publicités

8 réponses à “

Souscrire aux commentaires par RSS.

  1. Tu es dure avec toi-même, c’est vrai que cela ne nous fait pas plaisir de vieillir et d’accepter que notre corps change. En ce qui me concerne j’ai beaucoup grossit depuis la prise des anti-dépresseurs depuis 4 ans mais je suis obligée de les avaler mais bon j’ai une grande chance et NE RIT PAS mais je me suis toujours trouvé belle et bien, LOL c’est vrai donc les années passent et je « m ‘aime » toujours. Bisous.

      1. mais oui Béa c’est une chance de se trouver belle, il y a bien longtemps que j’ai ce problème avec moi même… J’ai grossi avec le stress, mais j’avais cette nature (ma fille est pareille) j’ai découvert que je gonflais quand on me gonflait, mais je n’ai jamais vraiment dégonflé… Les antidépresseurs, les anxiolytiques j’en ai pris tant d’années en l’espace de 6 ans quelque 20kgs alors de jolie ronde je suis devenue très ronde et ne me supporte plus, du coup c’est un cercle vicieux je mange peu et tres mal d’ailleurs souvent je n’ai aucune envie…cet été j’ai même repris un kg, il me faudrait un régime certainement mais j’en ai fait tellement… alors c’est comme cela ça va ça vient et j’ai en plus ce corps qui me lâche ce qui n’arrange pas les choses, se sentir diminuée n’est pas facile dans ce rapport avec la vieillesse…Bisous Béa, mais je ne me plains pas!
  2. je me reconnais^^; je ne casse pas les miroirs mais parfois je suis étonnée une seconde par ce que j’y vois^^ 56 ans dans un mois ; wouahhhhhhhhhh;
    comme la course du temps est inexorable , se lamenter ne sert à rien mais je crois qu’avec le temps inconsciemment on ne regarde plus que des morceaux;:les yeux qu’on maquille , la bouche qui s’affine……….. et quand par hasard on a la vision globale c’est un choc^^
    qu’est ce que ça sera dans dix ans ^^

    • Je viens d’en avoir 55… Je ne me lamente pas, je ne me plains pas c’est ainsi on n’y peut pas grand chose et je ne suis pas pour la chirurgie esthétique, je n’aime aps cette vision « globale comme tu dis » de ce que je suis devenue, peut-être ne me suis je jamais aimée vraiment! alors je n’ose penser dans 10 ans…

  3. Ah, grand sujet le temps qui passe ! Je suis une traumatisée du temps qui passe trop vite ! Et curieusement, le physique ne m’angoisse pas encore mais plutôt de ne pas avoir assez de temps pour réaliser tout ce que j’ai envie de faire.

    • cette angoisse est présente dans tout ce que je fais, nous ne savons pas (et heureusement quel temps il nous reste) et avoir ce problème du physique qui ne suit plus, compter en mois en années les différences me voir ne plus pouvoir faire ce que je pouvais faire il y a encore peu c’est traumatisant et cela me ramène a ce temps qui passe trop vite et à tout ce que je ne vais pas pouvoir faire, plus pouvoir faire…

  4. Très bel article que le tien !
    Le temps qui passe ne m’effraie pas.
    A 20 ans je me sentais déjà vieille dans ma tête.
    A 35 je suis épanouie.
    A 45 j’espère être toujours aussi heureuse.
    A 55 je veux que mes enfants aient trouvé leur voie et soient heureux.
    A 65 j’espère être encore en bonne santé (relative), et profiter de douces journées avec mon amoureux qui en aura 75.
    A 75… je ne pense pas jusque là.
    Grosses bises à toi.

    • Quelle belle réponse que la tienne! je pouvais faire à quelques exceptions près ce bilan il y a 20 ans, après la vie en a décidé autrement, je trouve ton texte très beau!
      c’est tout à fait toi!!! telle que je t’imagine…PLEIN DE BISES

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

L'Atmosphérique

Marie Kléber

Un kiwi en Bretagne

Un kiwi c'est bien...en Bretagne c'est mieux!!!

Un Bonheur qui Pétille!

365 jours pour croquer la vie à pleines dents

koalisa.com/

Bretagne, brocante, déco, séries télé, blog pur beurre salé avec parfois une petite touche d'Asie du Sud-Est !

blogosth

Il y a bien longtemps, dans une blogosphère lointaine, très lointaine... vivait un drôle de petit blog !

From the riviera to the smog

la famille Ricoré au pays de la Marmite

A great WordPress.com site

Mamzelle Liberty

En avant les aventures...

Le blog d'un bâtonnet de poisson

A great WordPress.com site

A great WordPress.com site

pimprenelle en papillote

A great WordPress.com site

Jay Dub

A great WordPress.com site

Le coin des voyageurs

A great WordPress.com site

MY SHABBY FRENCH LIFE

A great WordPress.com site

LE CHEMIN DU BONHEUR

A great WordPress.com site

parce que la vie ...

"La vie ne vaut rien, mais rien ne vaut la vie" André Malraux

%d blogueurs aiment cette page :